Dans le monde En Belgique

2019, l’année (presque) verte ?

The best time for new beginnings is now

En cette fin d’année, nous serons très certainement plusieurs à prendre de bonnes résolutions, ce grand classique de chaque nouvelle année. Mais cette fois-ci, nous ne sommes pas les seuls! L’Union Européenne en a fait de même en se prononçant (enfin) en faveur de l’interdiction des plastiques à usage unique. Mais qu’en est-il de la Belgique ? 

En effet, le 24 octobre dernier, les eurodéputés se sont prononcés à la majorité pour l’interdiction de la vente d’une dizaine de catégories de plastiques à usage unique. Les « plastiques à usage unique », ce sont toutes les pailles, les cotons-tiges, les couverts et assiettes en plastique qui représentent, à eux seuls, plus de 70% des déchets retrouvés dans les océans.

Et chez nous alors ?

En Belgique, les choses changent peu à peu aussi. Il faut dire qu’il était temps. En effet, en 2015, notre pays était perçu comme un « mauvais élève » sur le plan de la préservation écologique. Selon une étude menée par le Fond Mondial pour la Nature, la Belgique était cinquième dans le classement des empreintes écologiques. Si tous les citoyens du monde vivaient comme des belges, nous aurions besoin de 4,3 planètes. Mais, heureusement, en 3 ans, des changements majeurs ont été amorcés!

L’ère du green

Premièrement, d’un point de vue pédagogique, le site belgium.be pour les informations et services officiels ont mis en place une plateforme de sensibilisation de la conservation écologique. Sur cette plateforme, on retrouve notamment des conseils pour consommer durablement, des conseils de tri (devenu obligatoire dans tout le pays), ou encore des informations relatives au changement climatique et à la pollution.

De plus, sur le plan de la mobilité, la zone de « basse émission » mise en place à Bruxelles le 1er janvier 2018 va se développer et interdire de nouveaux véhicules considérés comme « grands pollueurs » dès le 1er janvier 2019. Et ce, jusqu’en 2025, où la quasi totalité des véhicules Diesel et une partie des véhicules essence seront interdits de circulation dans la capitale.

Des citoyens spontanés

©Mathieu Golinvaux / Le Soir

Le dimanche 2 décembre, plus de 75.000 personnes ont marché pour le climat dans la capitale… Alors qu’il n’y en avait que 25.000 attendues! Cette marche pour le climat s’est déroulée de manière tout à fait pacifique et dans une atmosphère de fête. Cependant, des suites des décisions du gouvernement concernant la politique européenne pour l’écologie, une nouvelle marche est prévue le 27 janvier.

Suite à ces mêmes décisions/refus du gouvernement, Greenpeace Belgium a fait circuler une pétition dans tout le pays qui a récolté près de 80.000 signatures! Cette pétition, qui a pour but d’interpeller les politiciens afin qu’ils prennent de futures décisions ambitieuses pour l’environnement, a été déposée au Palais Royal.

Et, enfin, aux dernières élections communales, nous avons pu observer une montée du parti ecolo (ou « groen » en Flandres) dans la majeure partie du pays.  Ce qui peut être traduit par une réelle prise de conscience de la part des électeurs ainsi que d’une volonté d’un futur meilleur pour l’écologie, le développement durable et la préservation.

L’avenir semble peu à peu plus prometteur pour la planète, ou du moins, c’est ce que la majorité des Belges souhaite! Keep hoping!

Lacroix Sasha