Daily Archives

14 avril 2019

Evenements Wallonie

Workshop Dragqueen : découverte du monde à paillettes montois

Make-up en pagaille

De plus en plus de personnes se prêtent au jeu de se transformer en DragQueen. Certains le deviennent le temps d’une soirée mais pour d’autres, c’est un véritable métier. C’est en majeure partie grâce à l’émission de téléréalité américaine « RuPaul’s Drag Race » que la tendance des DragQueens a vu le jour. L’équipe de Mode in Belgium était présente ce samedi 13 avril au Workshop DragQueen de Lola Hena à la maison arc-en-ciel de Mons. On vous raconte.

Une maison accueillante et colorée

La maison arc-en-ciel de Mons (la MAC pour les intimes) se trouve au n° 7 du boulevard du Président Kennedy. Elle soutient les associations LGBT actives dans la région de Mons-Borinage. Elle met en avant et organise des événements visant à promouvoir les personnes LGBT. C’est aussi un point de rencontre pour toutes personnes aillant besoin d’une aide face aux difficultés qu’elles peuvent rencontrer avec leur orientation ou leur identité sexuelle.

Logo de la MAC de Mons
© Mac Mons

Pour les personnes n’habitant pas la région de Mons, pas de panique ! Il existe plusieurs maisons arc-en-ciel en Belgique, dont une à Namur et à Ottignies-Louvain-la-Neuve. Plusieurs associations LGBT comme les cheff sont aussi présentes dans chaque grande ville du pays.

Papotages et maquillage

Nous nous sommes retrouvés dans un groupe de dix personnes, de style et de genre différents. L’échange et la discussion étaient au rendez-vous. Lola Hena, célèbre DragQueen montoise, animait le workshop du jour.

Nous avons commencé en donnant chacun notre avis sur ce qu’est une DragQueen. Un mode de vie ? Un personnage qu’on incarne ? Un déguisement ? La plupart des DragQueens sont des hommes qui se transforment en femmes. Les stéréotypes des femmes sont mis en avant et les traits du corps sont accentués. Finalement, chacun crée son propre style et devient la drag de son choix. Des femmes peuvent tout à fait se changer en DragQueen, mais c’est beaucoup moins répandu. Le penchant masculin, les DragKings, est plus populaire et en majorité parmi la gente féminine.

Maverick (aka Lola Hena) nous a par la suite expliqué comment camoufler son corps d’homme pour se transformer en DragQueen. Étape par étape, il a revêtu différentes couches de vêtements, coussins et collants. Après quelques minutes de patience et une robe rouge flamboyante enfilée, Maverick était dans le corps de Lola. Nous n’y avons vu que du feu une fois la tenue portée.

Les tenues de Lola
© Shanon Beauprez

Après, place à l’étape cruciale : le make-up ! Débutants et confirmés se sont tous pris au jeu. Lola nous a expliqué et montré le processus de maquillage d’une DragQueen. Par exemple, comment cacher parfaitement ses sourcils avec de la poudre matifiante et de la colle en stick (oui oui !), coller des faux-cils ou rattraper un dérapage avec du correcteur en face finale d’un make-up.

Atelier make-up DragQueen
© Shanon Beauprez

Après près de deux heures de préparations, tout le monde était satisfait de son make-up. Un peu osé pour certains, une vraie révélation pour d’autres.

Réveille la déesse qui sommeille en toi

Maintenant que nous étions toutes prêtes à monter sur la scène des plus grands cabarets, autant s’y mettre de suite : nous avons pris la route du Madness.

Le Madness est un bar friendly gay au centre de Mons. Les patrons vous accueillent chaque week-end dans l’un des sous-seuls les plus underground de la vie du Doudou. Le bar est divisé en deux partie : la première cave est un bar cosy et la seconde, un étage en dessous, possède une piste de danse et une scène pour les plus téméraires. Une fois par mois, le Madness ouvre ses portes pour un show coloré où les DragQueens montent sur scène.

Pour ce soir, étant toutes débutantes, le Madness était réservé rien que pour nous ! Lola nous a appris une chorégraphie sur Let’s have a kiki des Scissor Sisters. Un classique pour toute DragQueen qui se respecte.

Pour vous inscrire au prochain workshop DragQueen, n’hésitez pas à suivre la MAC sur Facebook.

Quant à nous, nous y retournerons sans hésiter ! Même, si en fin de soirée, à l’étape démaquillage, on ressemblait un peu à ça :


© Giphy

Shanon Beauprez