Dans le monde

BE NY : découvrir New-York à la belge

A force de travail et de persévérance, Patrick Van Rosendaal, fondateur de BE NY, a réussi à s’imposer dans la Big Apple. Aujourd’hui, il guide avec passion les belges et leur fait découvrir les particularités et recoins de l’incroyable ville de New-York. Rencontre.

C’est au coeur de Manhattan, non loin de Time Square, que nous nous retrouvons. Au 7ème étage d’un gratte ciel se trouve BelCham, the Belgian-American Chamber of Commerce, qui offre un espace de co-working pour des entreprises belges. Les lieux sont chaleureux, l’accueil aussi et les références au plat pays ne manquent pas – du mobilier conçu par des designers belges au bar à bières (belges aussi, évidemment). Patrick Van Rosendaal nous présente l’endroit avant de s’installer pour nous raconter son histoire…

Parcours du combattant

Patrick Van Rosendaal © BE NY

Patrick est arrivé à New-York il y a 11 ans. Après un brillant parcours scolaire en commerce et marketing, suivi d’expériences professionnelles à Paris et Londres, il s’est lancé dans le secteur du diamant qui lui a permis de beaucoup voyager. Il tombe alors amoureux d’une américaine, quitte tout pour la rejoindre à New-York et se marier, mais leur histoire ne durera pas. Addict à l’adrénaline urbaine et honteux de rentrer en Belgique après cet échec, il décide de rester dans cette ville qui ne dort jamais, la ville incontournable pour les célibataires nous confie-t-il.

« It’s not a city, it’s a world »

Mais à New-York, la vie est très chère. Sans argent, rien n’y est possible. Il enchaine donc petits boulots: bars, restaurants… Ce qui lui permet de rencontrer du monde et des personnalités hautes en couleur. Au fil des échanges, lui vient l’idée de lancer un guide new-yorkais reprennant les bons plans de ces profils typiques et intéressants…

« Be New York : Touriste un jour, New-Yorkais toujours »

Joli succès pour ce premier livre présentant 24 New-Yorkais, leurs habitudes, leurs endroits préférés et leurs conseils.

© BE NY

Patrick a très vite réalisé qu’il devait s’entourer des meilleurs pour réussir. Ainsi, il a reçu un prix pour le design de ce premier livre au Red Dot Awards en travaillant, entre autre, avec une très bonne agence belge.

En même temps, il lance sa boîte; BE NY. C’est par plaisir et passion qu’il devient guide, mais il comprend très vite qu’il doit se différencier : New-York ne compte pas moins de 3000 guides officiels. Il lui a fallu plusieurs années pour trouver sa particularité, un processus de réflexion qui l’a mené à réaliser que son atout était tout simplement d’être belge !

« Be New York 2.0 : Chez nous à New-York » 

Sans perdre de temps et en continuant sur sa lancée, il sort son deuxième livre. Le concept est le même mais, cette fois, il s’agit d’un New-York par des belges et pour des belges : « Be New York 2.0 : Chez nous à New-York ».

Il fait dès lors appel à 20 belges, des habitués de la Big Apple qui se démarquent, eux aussi, par leurs caractéristiques particulières.

  Notre avis sur ce deuxième livre :
Bien plus qu’un simple répertoire de bonnes adresses, ce guide nous emmène dans chaque coin de la ville de manière ludique et intéressante. Le tout en nous permettant de découvrir des personnalités qui nous partagent leur New-York à eux. Il y a une dimension humaine très appréciable.

« BE NY Family : Pour les enfants de tous âges »

Et puisqu’un bonheur n’arrive jamais seul, Patrick a rencontré l’amour de sa vie grâce à sa passion : un beau jour, il guide un groupe de belges dans lequel se trouve Ineke. Celle-ci ne quittera plus New-York.

Des années et une petite fille plus tard, le troisième livre pointe également le bout de son nez : BE NY Family. Cette fois, il s’adresse aux familles, new-yorkaises ou non, en mettant en avant toutes les activités à faire et les lieux à visiter en étant accompagné de petits bouts.

New-York en noir, jaune, rouge

En compagnie du Ministre des affaires étrangères, Mr Reynders © BE NY

En 2018, Patrick a fait découvrir New-York a pas moins de 4000 belges, le gouvernement compris ! 

« A travers mes clients, j’apprends aussi énormément de choses. Je trouve ça excellent de pouvoir guider des personnalités telles que Didier Reynders, qui passent volontairement des heures entières avec moi. » 

Son ultime souhait serait de guider le couple royal, ce qui a déjà failli se produire ! Un fail, par manque de temps, mais il a bon espoir que l’opportunité se produise à nouveau.

L’équipe de BE NY est composée de plusieurs guides, tous passionnés et connaisseurs de la Big Apple. Ils proposent une vraie expérience de New-York, avec humour et bonne humeur, l’extra pour profiter à 100% du voyage : par exemple, tout le monde connait Grand Central Terminal, mais très peu sont au courant des endroits cachés de cette gare.

Prendre contact avec un guide a aussi un côté rassurant. On peut vite se sentir seul et perdu dans cette grande ville. Connaître quelqu’un sur place permet d’être plus détendu et confiant. En effet, au moindre problème, BE NY n’hésite pas à décrocher le téléphone à toute heure du jour ou de la nuit pour des compatriotes dans le besoin.

« Une équipe fabuleuse qui sait mieux que personne ce qui rend cette ville tellement extraordinaire »

Chaque guide met beaucoup d’effort pour que tous les touristes repartent pleinement contents. S’ils ont le moindre petit sentiment que ce n’est pas le cas, peu importe le temps que cela prend, ils continueront le tour jusqu’à être assurés de la satisfaction de tous ! Patrick sait que, peu importe le nombre de couvertures médiatiques, l’important est clairement que les clients soient totalement satisfaits. Le bouche-à-oreille est essentiel.

« The sky is the limit »

Patrick reçoit également toute sorte de demandes insolites. Il se plie toujours en quatre pour répondre à chaque envie et offrir un service proche de la perfection. Pour ne citer qu’un exemple : récemment, un papa voulait offrir à son fils une rencontre avec un joueur de basket de NBA, challenge accepted !

«En tant que belge, on trouve toujours les moyens d’arriver à ses fins ! »

Mal du pays ? 

Quand nous lui demandons si la Belgique lui manque parfois : « Oui, surtout ma famille. Bien sûr, les mitraillettes aussi ! Les frites ne sont pas les mêmes ici. Et parfois, j’avoue, la tranquillité. A New-York, nous sommes esclaves de notre loyer, la vie est très chère. Par exemple, rien que la crèche me coûte 2.400$ par mois. »
Heureusement, il a l’occasion de revenir de temps en temps au plat pays, notamment pour donner des conférences.

« En habitant à l’étranger, on apprécie encore plus son pays et on est encore plus fier de ses origines ! »

Grâce à BE NY, Patrick aide aussi d’autres belges à s’expatrier à New-York. Par exemple, ses deux employés sont acteurs et rêvent de se produire dans les shows de Broadway. En les engageant, il fournit un visa et un salaire, leur permettant de toucher du doigt le rêve américain à leur tour.

Finalement, Belgique ou Etats-Unis ?

Ce n’est pas plus simple à New-York, loin de là. La seule différence c’est qu’aux USA, la mentalité est plus ouverte au niveau du travail. La vision est très libérale, c’est une dynamique qui pousse à aller plus loin. Quand on rate, c’est une leçon, on recommence et on fait mieux. En Belgique, rater est perçu comme un échec, c’est presqu’une honte.

« Never be afraid to fail, next time, fail better »

Dans le même esprit, il rêve d’avoir une Rolex mais il sait que le jour où il en portera une, ses clients européens réagiront en se disant que s’il peut se payer ce genre de montre, c’est que les prix proposés sont trop élevés. Alors qu’aux USA, quand tu gagnes bien ta vie, les gens réagissent en te félicitant et ils sont d’autant plus intéressés par ce que tu fais car, si tu réussis, c’est que ton travail est de qualité.

Quoi qu’il en soit, New-York ou ailleurs, le secret c’est le travail. C’est une ville chère et difficile car beaucoup sont là pour se lancer et tenter des réaliser leur(s) rêve(s). Mais il en ressort une énergie incomparable, les gens viennent du monde entier et chacun donne le meilleur de soi-même pour réussir.

« Cela m’a mis 11 ans pour arriver là où j’en suis, j’ai énormément travaillé et encore aujourd’hui, je travaille tous les jours. C’est une passion, mais je n’arrête jamais. »

Le futur

Son but est de devenir la référence, la source d’informations pour toutes les personnes intéressées par NY. Il veut être le guide avant le voyage, pendant mais également après.
Il a aussi pas mal de demandes de la part des Pays-Bas. Son souhait pour le moment est vraiment de continuer à développer son image de marque pour augmenter davantage sa popularité et créer un grand écart avec de potentiels concurrents. N’importe qui peut en effet décider demain de développer une activité similaire à New-York.

© BE NY

Cependant, en voyant le succès de BE NY, il ambitionne d’aller plus loin. Il pense à un bed&breakfast ou un hôtel : le BE NY Hotel.
Patrick projette également d’écrire un quatrième et cinquième livre, et de créer un podcast. BE NY est d’ailleurs déjà très actif sur internet, avec une forte présence sur les réseaux sociaux et un blog.
Quoi qu’il en soit, ce sera toujours New-York. On lui a d’ailleurs déjà proposé de développer ses activités dans d’autres villes mais il ne veut pas. L’aventure est avant tout humaine. Il a tellement de plaisir à être impliqué à 100% et à pouvoir être guide lui aussi qu’il ne peut imaginer installer le concept dans d’autres villes. Cela deviendrait un business d’envergure et pour ça, autant retourner dans les finances.

Quand nous lui demandons finalement s’il compte rentrer un jour définitivement en Belgique, il nous répond que désormais sa vie est là-bas et qu’il ne se voit pas faire autre chose. Pour lui, ce n’est pas un travail mais du plaisir au quotidien, en grande partie grâce à ses clients qui lui apportent énormément.
La seule raison qui pourrait le faire revenir en Belgique serait la difficulté de subvenir aux besoins de sa famille. Mais tant que tout se passe bien, il souhaite rester dans cette ville pleine d’opportunités et de possibilités.

Le rêve américain à la belge… Une success story qui n’en est qu’à ses débuts !
A suivre sur : http://beny.be / Facebook / Instagram

Donaline Hermant