Mode

Bernard Depoorter, plus qu’un styliste, un marchand de rêve

Dans une maison d’apparence tout à fait ordinaire, dans une petit rue de Wavre, se cache l’atelier du styliste Bernard Depoorter. Dès la grande porte cochère franchie, c’est un nouvel univers qui s’offre aux visiteurs. A une petite cour intérieure  -véritable écrin de verdure – abritant une mare et quelques canards, succède un authentique petit boudoir raffiné et décoré d’objets anciens. C’est là que je rencontre un homme, mais surtout un artiste.

Bernard Depoorter

Bernard Depoorter ©Facebook Bernard Depoorter OFFICIEL

Alors qu’il n’était encore qu’un nourrisson, sa grand-mère lui avait confectionné un ours en peluche sur lequel étaient cousus des bouts de soie colorés. Qui sait, c’est peut-être à cet instant qu’une vocation voyait le jour… Toujours est-il que cette fibre du toucher poursuit notre styliste tout au long de son enfance. Que ce soit la cuisine, la couture, le dessin ou la peinture, il touche à tout en véritable autodidacte. C’est lors de ses treize ans, devant un défilé d’Yves Saint Laurent diffusé à la télévision que le déclic se fait : la mode sera sa vie, il sera styliste ! « J’ai toujours eu cette fibre artistique mais c’est en regardant ce défilé que je me suis vraiment dit : c’est ça que je dois faire. A partir de ce moment là, j’ai vraiment commencé à apprendre la couture.»

La rencontre qui va changer sa vie

Cet adolescent rebelle et déterminé décide qu’il y arrivera seul. Sans passer par une grande école de couture, il part à 19 ans à Paris et va frapper aux portes de plusieurs grandes maisons, désireux de prouver ses capacités, et ça marche ! Après un passage chez Franck Sorbier, Dior, Sherrer et Dominique Sirop  (pour n’en citer que quelques uns), le jeune homme culotté envoie des esquisses de ses créations à la Princesse Anne de Bourbon-Siciles (France). C’est un pari gagné et la Princesse lui demande de confectionner les robes qu’elle-même et sa fille porteront lors d’un bal à Rome au palais Médicis. C’est alors que débute réellement son existence en tant que styliste : il gagne en visibilité et en crédibilité, se fait des contacts, se donne une image dans la presse et reçoit des propositions. C’est à cette époque qu’il entreprend de restaurer la maison familiale à Wavre. Acquérir une vraie renommée dans le milieu de la mode prend des années et gravir peu à peu les échelons dans une maison n’est pas sa destinée, il est trop ambitieux : il désire fonder sa propre maison. Encore une nouvelle prise de risques pour le jeune styliste.

Un nouveau projet

Soutenu par ses parents qui prennent une part active à son projet, il décide que le plus important est d’oser se lancer avant qu’il ne réfléchisse trop. « Une maison de couture, c’est avant tout énormément d’administration et de gestion » confie-t-il avant d’ajouter : « Le secret de la réussite pour moi, c’est de savoir s’entourer des bonnes personnes et d’apprendre à déléguer en toute confiance. Gérer seul une maison de couture avec une certaine renommée est impossible et beaucoup de stylistes y laissent leur vie privée ». Au fil des années, un projet s’affine dans son esprit ; « Je voudrais réhumaniser le milieu de la mode et de l’art en permettant de faire connaître des jeunes artistes, des stylistes et des artisans plein de talent. Mais je voudrais également remettre l’art et la beauté au centre ».

Un styliste à l’écoute

Avec le temps, son style se précise aussi : « Je ne veux pas créer une mode ! Je veux créer un style intemporel ». Et dans la maison Depoorter, on retrouve en effet les même codes au fil des saisons. Que ce soit la rose anglaise (en hommage à sa grand-mère qui en avait dans son jardin), la plume de paon ou la doublure en violette. Le tout, toujours en restant dans ces teintes de jade, d’ambre et de vermeille mêlé au noir. Le styliste est également très à l’écoute de ses clientes: « Je veux être un artiste au service de mon art ! Toutes mes clientes sont des reines ! Je crée avec mes fantasmes et par amour de la femme ». Bernard Depoorter, un homme aimable, sincère et un brin innocent. Un artiste passionné et un créateur qui a encore beaucoup de belles choses à nous montrer.

Céline Druez

Découvrez l’univers de Bernard Depoorter

Dans son atelier

www.bernarddepoorter.com