Mode

Câpres & Anchois, le streetwear unisexe

Bob Tillieux et Laurent Moreau se connaissent depuis 10 ans. Ils ont tous les deux 28 ans. Le premier a étudié le graphisme à Liège et le deuxième le commerce au niveau international. Avec leurs formations complémentaires, ils montent depuis deux ans leur projet. L’idée : une marque streetwear avec une coupe unisexe dont l’influence vient du streetart et du graffiti.

Leurs influences
Avant, Bob faisait du travail graphique sur ordinateur pour faire des affiches de concert, des sérigraphies, panneaux et même des graffitis sur des murs. Mais Laurent avait envie de voir son travail sur du physique et plus spécialement sur des t-shirts.  Ensemble, ils dessinent leur propre coupe et la font fabriquer dans un coton choisi par leur soin. La coupe des t-shirts est un peu allongée pour lui donner un caractère unisexe. Ils vont aussi bien à un homme qu’à une femme. Pour eux, le t-shirt est un support facile qui a une grande durée de vie dans le temps. « Le concept est une marque de streetwear en séries limitées avec la mise en avant d’artistes internationaux». Les influences sont diverses : « on écoute la radio londonienne tous les jours, on mange mexicain, on vit dans un monde globalisé ». Leur volonté : mettre en avant des artistes.

Collection unisexe Câpres&Anchois ©Dominique Bernard

Collection unisexe Câpres&Anchois
©Dominique Bernard

Un label éthique
Les débuts n’ont pas été faciles. Ils ont rencontré différents organismes pour voir quelles étaient les possibilités en matière de bourse. Une conseillère à Job’In Design leur a donné quelques pistes. Ils ont tenté de rentrer sous couveuse d’entreprise mais ne pouvant pas être à deux sur le projet, cela n’a pas fonctionné. Bob : « aucun des deux n’avait envie d’abandonner le projet ». L’investissement s’est donc fait en fonds propres grâce à leurs économies. « Dans un premier temps, on s’est limité au t-shirt et à la casquette ». Ils utilisent de l’encre à l’eau et impriment sur du jersey de coton 100% bio. Ce label de qualité permet au t-shirt de vivre plus longtemps. « Il y a un côté éthique : on utilise des matières recyclables, recyclées ou non-dommageables pour l’environnement ». Les cartons des envois, des cartes de visite ou des étiquettes sont recyclés. Les sérigraphies (impressions) sont faites à la main, dans leur atelier. « Le produit reste dans nos mains du début à la fin du procédé de fabrication » nous confie Laurent. Excepté la manufacture qui se passe au Portugal.

Label Câpres&Anchois ©Dominique Bernard

Label Câpres&Anchois
©Dominique Bernard

« Câpres & Anchois » : un supplément pizza
Câpres et Anchois ? C’est le supplément que prenait Laurent lorsqu’ils commandaient des pizzas lors des réunions pour monter leur projet. « J’ai mis un an à accepter le nom » avoue Bob (rires). Dès le départ ils voulaient avoir un monogramme, un logo de style industriel qui serait reconnaissable. « L’idée de ce nom c’est aussi de tourner en dérision les grandes marques qui ont des noms qui ressemblent à des cabinets d’avocat new-yorkais comme Abercrombie&Fitch. On voulait un nom plus terre à terre » nous dit Laurent. « C’est faire les choses sérieusement mais sans se prendre au sérieux, c’est le côté belge de la marque avec son autodérision et son surréalisme ».

Logo ©Câpres&Anchois

Logo
©Câpres&Anchois

Les Brussels Fashion Days : un tremplin
Câpres & Anchois étaient présents au pop up store Brussels Fashion Days 2014 : « C’était la première fois qu’on voyait un défilé de mode, qu’on voyait des pièces de créateurs et qu’on parlait à des créateurs. Cela nous a permis de nous faire de très bons contacts : Control Studio, Robin Huberty, etc. Cet événement nous a donné une énergie, des points de vue et l’envie de se lancer encore plus dans la mode » nous confie Laurent. « C’était la première fois qu’on confrontait la marque à l’univers modeux, à la concurrence » raconte Bob. Les Brussels Fashion Days leur ont donné une visibilité et leur ont permis de vendre des produits.

Pour la prochaine collection printemps-été 2015, ils réalisent une collaboration avec 3 artistes parisiens. « Notre clientèle va aussi bien du rappeur londonien Jme à l’étudiante en médecine ». On peut trouver leurs produits sur leur e-shop mais aussi en boutique : à Ostende chez  Pied de Poule, à Bruxelles chez Reservoir Shop ou au Comingsoon Shop à Liège « un magasin avec lequel j’ai collaboré, j’ai fait son plafond et le volet » nous raconte Bob. Maintenant, ils sont aussi à Paris au Blackrainbow Shop.

Casquette et t-shirt Câpres&Anchois ©Dominique Bernard

Casquette et t-shirt Câpres&Anchois
©Dominique Bernard

 http://capres-anchois.com
https://www.facebook.com/CapresAnchois?fref=ts

Mathilde Ridole