Actualité Evenements Mode

Masculinité féminine pour La Cambre Mode(s) 2017

Ce 2 juin se déroulait l’édition 2017 du défilé de La Cambre Mode(s). Qui dit nouvelle édition, dit nouveaux talents et surtout, nouvelles suprises ! Au programme : émotion, découvertes et féminité sous toutes ses formes. Mode in Belgium était présent et vous en dit plus.

Encore un défilé !?

 Le show annuel de La Cambre est un défilé dont le nom n’est plus à faire : des élèves talentueux, des couleurs, des textures et des mises en scènes plus originales les unes que les autres. Un défilé parmi tant d’autres penseront les mauvaises langues, et pourtant !

Outre les artifices propres à ce type d’évènement, les élèves de La Cambre ont apporté un vent de tolérance et de fraicheur engagée, le temps d’une soirée. Homosexualité, endroginie, féminisme, icône glamour mise à l’honneur,… autant de thèmes forts, parfois osés, exprimés au travers des tenues présentées.

Ce que révèle ce défilé 2017 ? Cette touche de féminité universelle dont la gent masculine a, elle aussi, prise possession durant la soirée. Une ouverture plus marquée que lors des saisons précédentes. Les modèles masculins, omniprésents, portaient tour à tour tule transparant, talons hauts, robes vertigineuses et tenues portées près du corps.

La Cambre Mode(s) nous a donné envie de revendiquer cette part de féminité cachée en nous.

Clovis Nix a particulièrement attiré notre regard sur cet aspect. Il a voulu habiller ses modèles en se « réapropriant le vestiaire féminin et masculin ». Comme ce bustier pouvant être porté aussi bien par un homme que par une femme, sans aucune impression de faux pas. Clovis Nix est à la recherche de cette liberté de porter, de toucher, de sentir le vêtement à l’écart de cette « politique de l’image souvent présente dans le monde de la mode ». Au terme du défilé, Clovis Nix a remporté le Prix Atomium.

Une nudité revendiquée, sans vulgarité

La nudité a fait partie intégrante du show, présente d’ailleurs dans la plupart des défilés. Cependant, nous n’avons pu nous empêcher d’associer cette nudité, parfois brute, à cette douceur féminine, pure et à fleur de peau. Les maquillages peu travaillés, propre à La Cambre, permettent cette mise en avant des corps et mettent sans nul doute les tenues en valeur.

Ester Manas run the show !

Ester Manas, notre coup de cœur de cette édition 2017, nous a proposé un show touchant et engagé : des mannequins aux formes pulpeuses, en restant prudemment éloignée du slogan criard «  taille zéro ». Ses tenues sont travaillées, mélangeant sobriété, touches colorées et transparences. Ester Manas nous fait voyager dans son univers, au son d’abord enjoué mais neutre, pour terminer poing levé sur l’hymne « Run the world » de Beyoncé. Fin de show, seule et unique acclamation du public. Pari réussi : Ester Manas avec son « Big again », a tout le monde dans sa poche. Elle remporte quelques heures plus tard le Prix Etoile de Bazar ainsi que le Prix Mad brussels.

Mode in Belgium vous proposera bientôt un article entièrement consacré à cette jeune styliste à l’avenir prometteur.

 Sémy Castelli