Art et Culture

Rencontre avec la comédienne Juliette Manneback

Rencontre avec la comédienne Juliette Manneback

La pièce de théâtre « Le journal d’Anne Frank » était à l’affiche du Théâtre royal des Galeries durant quatre semaines, à raison de plusieurs soirs par semaine. Mise en scène par Fabrice Gardin avec Juliette Manneback dans le rôle d’Anne Frank.

Cette nouvelle version du journal intime le plus célèbre nous dresse le portrait de la petite fille juive et sa capacité à remettre en question le monde qui l’entoure, malgré son très jeune âge. La pièce n’est actuellement plus jouée. Cependant, une tournée est à espérer dès 2019.

Cette mise en scène revisitée se veut drôle et touchante tout en gardant cette gravité de ce qu’a pu être la vie recluse de neuf juifs, tentant d’échapper aux rafles qui sévissaient en cette période de guerre.

Julie Manneback nous a particulièrement ébloui dans le rôle d’Anne. Nous lui avons posé quelques questions.

Pourquoi avoir auditionné pour le rôle d’Anne Frank ?

D’abord pour le théâtre. Le Théâtre royal des Galeries fait quand même rêver dans son côté classe. Et lorsque j’ai vu que la pièce était sur Anne Frank, je me suis dit que j’avais un avantage physique sur les autres (rire). Il fallait que je me lance. Au départ, j’étais septique. Nous avons pu découvrir Anne Frank sous plusieurs formats à maintes reprises : livres, films, bande-dessinées, pièces de théâtre… J’ai lu le script de Fabrice (le metteur en scène) et j’ai eu les frissons à la fin. J’ai compris qu’il fallait que je le fasse.

T’identifies-tu au personnage ?

Oui ! (Rire). Dans l’interprétation que j’en ai eu, elle était très speed, elle avait ce peps auquel je m’identifie. Elle parle aussi beaucoup avant même de réfléchir quitte à être parfois piquante sans le vouloir.  Par contre, elle est d’une maturité incroyable pour son âge. Je ne peux pas me vanter d’avoir ce côté-là. Elle m’a d’ailleurs très impressionné quand j’ai lu le journal. Je ne pense pas que je pourrais avoir un tel recul mais en étant plus âgée.

Anne Frank à 13 ans au début de la pièce, tu en as 24, n’est-ce pas difficile à jouer ? Comment t’y es-tu prise ?

J’ai voulu y aller à fond et en apprendre beaucoup sur elle. J’ai visité la maison à Amsterdam. Nous avons eu beaucoup de documents par le metteur en scène. J’ai lu le journal. j’ai regardé des interviews d’Otto Frank. Et puis j’ai pris un peu mes distances pour rester naturelle et pour pouvoir l’interpréter. Je n’ai pas eu peur de l’incarner mais par contre j’étais soucieuse de la représenter assez fidèlement sans « insulter » personne. Elle n’a pas vécu il y a si longtemps et je ne voudrais pas que des personnes pensent que je ne lui rends pas hommage avec mon interprétation.

Une troupe d’exception

Juliette Manneback est accompagnée de huit autres comédiens sur scène : Bruno Georis (Monsieur Frank), Anne-Claire (Madame Frank), Laura Fautré (Margot Frank), Sophie Delacollette (Miep), Michel Poncelet (Monsieur Van Daan), Catherine Claeys (Madame Van Daan), Gaspard Rozenwajn (Peter Van Daan) et Marc De Roy (Monsieur Dussel. Leur performance est également à saluer. Chacun apporte à la pièce sa touche personnelle : la fragilité, l’humour, la naïveté et les silences. Le spectateur s’attache à ces personnages comme s’il vivait avec eux un court instant, dans cette même annexe, reclu du monde extérieur.

Malgré de multiples versions du journal d’Anne Frank depuis sa parution en 1947, « Le journal d’Anne Frank » de France Goodrich et Albert Hackett arrive à nous étonner encore. C’est une pièce à aller voir (et revoir). L’histoire tragique des juifs pendant la guerre ne sera jamais oubliée. Elle est d’ailleurs particulièrement d’actualité au vu des récents évènements dans le monde. Pour que jamais nous n’oublions Anne Frank et toutes les personnes ayant souffert de cette haine de la différence.

Informations

Juliette Manneback est à garder à l’oeil. La comédienne est sans nul doute promise à une belle carrière. Nous espérons la retrouver très prochainement dans de nouveaux projets. Nous avons déjà hâte de la découvrir dans d’autres rôles.

Sémy Castelli