Art et Culture Evenements Musique

Trois jours 100% belges au Bel’Zik Festival

Trois jours 100% belges au Bel’Zik Festival

La 15ème édition du Bel’Zik Festival s’est achevée ce samedi. Loin de la frénésie de certains gros festivals, le Bel’zik ralentit le rythme pour un évènement bon esprit et familial, mettant les talents belges à l’honneur.

Depuis 2004, le Bel’zik Festival propose une affiche qui s’adresse à tous les publics : amateurs de rock, de chanson française, d’électro… Pourtant, on ne va pas se mentir, le hall de Criées de Herve n’était pas plein à craquer durant ces trois jours. Une édition anniversaire plutôt calme, avec tout de même quelques jolies prestations parmi cette affiche totalement belge et respectable, sans voir vraiment grand.

Cette année encore, le coup d’envoi du festival s’est donné avec le Bel’zik cafés, permettant à des artistes locaux et régionaux de se produire en live dans les bars de la ville.

Le jeudi soir, différents univers se sont succédés sur scène : le duo Delta, la voix impressionnante de Typh Barrow aux accents soul et blues, et un hommage aux Beatles avec Alain Pire’s Lonely Hearts Club Band, 27 musiciens sur scène et des invités de marque.

Le vendredi était consacré à l’électro et aux DJ, avec Yew, Fùgù Mango, Alex Germys, Kid Noize et Dirtymix. Une soirée attirant plutôt les jeunes.

Samedi débutait en beauté avec le duo de choc féminin Faon Faon, devant une salle presque vide malheureusement. S’en suivaient The Kilt et leurs reprises rock, l’indie-pop d’Ykons, la pop colorée et joyeuse de David Leo, le show remarquable d’Arno et Les Gauff’, en forme comme à leur habitude.

Ykons

© Ykons

A voir, maintenant, ce que le festival nous réserve pour la suite…

Donaline Hermant